jeudi, 27 juillet 2017|

2 visiteurs en ce moment

 

Bibliographie récente

* Legros, Alain, Montaigne manuscrit, Classiques Garnier, 2011.
Contient la totalité des autographes conservés (excepté ceux de l’Exemplaire de Bordeaux, souvent édités), avec traductions, explications et commentaires : ex-libris, ex-dono et devises de jeunesse, notes du Beuther, arrêts du Parlement, notes de lecture dont celles, inédites, d’un Térence retrouvé, lettres missives et dédicaces.
Lire le compte-rendu de l’ouvrage par Bernard Sève, "la main de Montaigne"

* Cocula, Anne Marie, et Legros, Alain, Montaigne aux champs, Sud-Ouest, 2010.
Située sur les derniers contreforts du Périgord, au milieu des vignes et des bois, la « maison armée » de Montaigne se trouvait au coeur des guerres civiles. C’est pourtant là, « aux champs » et en « pays sauvage », que ce seigneur de petite et récente noblesse aimait à se retirer pour écrire, par intermittence, ses "essais", sans pour autant négliger l’administration de son domaine et les affaires publiques, ni les longues équipées à travers la France et jusqu’en Italie. Les auteurs de Montaigne aux champs explorent les liens intimes que les Essais entretiennent avec la maison qui l’a vu naître et grandir. Ils replacent ce lieu dans l’histoire, au carrefour de routes empruntées par les armées ennemies, à proximité de sites où furent menés d’importants combats ou conclus d’éphémères traités de paix. Soucieux de mettre à la disposition de lecteurs curieux les plus récentes découvertes, et de participer à l’élaboration d’une visite virtuelle du « château » en 3 D, projetée par l’Institut Ausonius, ils ont surtout à coeur d’associer leurs regards respectifs sur ces Essais qui traitent d’histoire, de philosophie morale, de rhétorique et de poésie.

* Le Socratisme de Montaigne, éd. Suzel Mayer et Thierry Gontier, Classiques Garnier, 2010.
Ce recueil d’études interroge l’intérêt manifesté par Montaigne vis-à-vis de Socrate. Il s’agit de dessiner les contours de la figure de Socrate, telle qu’il la perçoit, de dégager ce qu’il relève, voire reprend de la démarche socratique, et de voir comment la vie du penseur athénien influence sa propre conception de la philosophie. Avec Montaigne s’affirme une vision moderne de Socrate, moins métaphysique, moins exemplaire et plus purement humaine, qui est encore largement la nôtre aujourd’hui.