samedi, 25 février 2017|

3 visiteurs en ce moment

 

Catalogue des sentences de la librairie

La liste des sentences de la "librairie" de Montaigne a une histoire : du premier relevé de l’abbé Prunis (1770-74) à nos jours, en passant par les relevés partiels de Latapie, Sterling, Bertrand de Saint-Germain, Payen, Bigorie de Laschamps et surtout les "deux amis" Galy et Lapeyre qui, en 1861, ont publié l’inventaire de 56 sentences ayant servi de base à toutes les listes diffusées par la suite (Bonnefon, Norton, Villey, Armaingaud, Plattard, La Fontaine-Verwey, Rat, de Feytaud, etc.). Aux deux sentences que les pionniers avaient lues dans la couche inférieure des solives présentant deux inscriptions superposées, Bonnefon, un peu avant 1900, en a ajouté une par pure conjecture, souvent reprise depuis sans autre examen. En 2000, Legros a mis au jour une dizaine d’inscriptions dans la couche inférieure des solives palimpsestes. Aujourd’hui le nombre des sentences lues et identifiées est de 66 (30 grecques et 36 latines) auxquelles il faut ajouter 9 sentences seulement localisées, dont un examen sous UV a permis de confirmer la présence.

Dresser une liste ne permet cependant pas de prendre en compte la disposition des textes dans un espace architectonique qu’elles avaient pour fonction de décorer et de faire "parler" (une polyphonie que ne saurait rendre l’ordre bien sage d’un catalogue). La visite s’impose. A défaut, un plan du plafond permettra de mieux considérer l’emplacement et l’orientation graphique de chaque texte (rappel par une flèche verticale dans le catalogue), alors même qu’est conservé, aux fins de comparaison avec les listes existantes, la succession usuelle des sentences de la troisième travée (comme si on les découvrait à reculons !). Ci-dessous, les accents et les esprits (droits) du grec ne sont pas reproduits. Les mentions /i et /s signalent, pour les textes superposés, l’inférieur et le supérieur. Les huit sentences brèves des poutres sont placées en début de liste : c’est en effet sur ce socle, à la fois matériel et philosophique, que repose tout le dispositif. Un socle bien "sceptique" pour des solives volontiers bibliques (là encore il faudrait, en se réglant sur l’orientation des caractères, inverser l’ordre des huit sentences).

POUTRES MAITRESSES

Deux poutres supportent l’appareil de solives. Quatre inscriptions par poutre, reliées par le dessin d’un phylactère.

A
A1 - IVDICIO ALTERNANTE - Le jugement allant et venant.
A2 - ΑΚΑΤΑΛΗΠΤΩ - Je ne saisis pas. (Sextus Empiricus)
A3 - ΟΥΔΕΝ ΜΑΛΛΟΝ - A égalité. (Sextus Empiricus)
A4 - ΑΡΡΕΠΩΣ - Sans pencher. (Sextus Empiricus)

B
B1 - ΟΥ ΚΑΤΑΛΑΜΒΑΝΩ - Je ne conçois pas. (Sextus Empiricus)
B2 - ΕΠΕΧΩ - J’attends (Sextus Empiricus)
B3 - ΣΚΕΠΤΟΜΑΙ - J’examine. (Sextus Empiricus)
B4 - MORE DVCE ET SENSV - Suivant usage et instinct.


PREMIERE TRAVEE

1/i ΕΙΗ ΜΟΙ ΖΗΝ ΑΠΟ ΤΩΝ ΟΛΙΓΩΝ ΜΗΔΕΝ ΕΧΟΝΤΙ ΚΑΚΟΝ ⬆
Vivre de peu, mais à l’abri du mal !
(Théognis, dans Stobée)
1/s EXTREMA HOMINI SCIENTIA VT RES SVNT BONI CONSVLERE CÆTERA SECVRVM. ECCL. ⬆
Le sommet de la science humaine, c’est prendre les choses comme elles sont. Laisser le reste.
Ecclésiaste.

2/i ΑΥΤΑΡΚΕΙΑ ΠΡΟΣ ΠΑΣΙΝ ΗΔΟΝΗ ΔΙΚΑΙΑ ⬇
Parfaite autonomie : le plaisir véritable.
(Sotadès, dans Stobée)
2/s COGNOSCENDI STVDIVM HOMINI DEDIT DEVS EIVS TORQVENDI GRATIA. ECCL.1. ⬇
Soif de savoir : donnée par Dieu à l’homme pour le mettre sur le gril. Ecclésiaste, 1.

3/i ΜΑΚΑΡΙΟΣ ΟΣ ΤΙΣ ΟΥΣΙΑΝ ΚΑΙ ΝΟΥΝ ΕΧΕΙ ⬇
Heureux qui gère son bien avec intelligence.
(Ménandre, dans Stobée)
3/s ΤΟΥΣ ΜΕΝ ΚΕΝΟΥΣ AΣΚΟΥΣ ΤΟ ΠΝΕΥΜΑ ΔΙΙΣΤΗΣΙ ΤΟΥΣ Δ’ ΑΝΘΡΩΠΟΥΣ ΤΟ ΟΙΗΜΑ ⬇
Les outres vides s’enflent de vent, les hommes de prétention.
(Socrate, dans Stobée)

4/i ΟΥΠΟΤΕ ΦΗΣΩ ΓΑΜΟΝ ΕΥΦΡΑΙΝΕΙΝ ΠΛΕΟΝ Η ΛΥΠΕΙΝ ⬇
Jamais je ne dirai que le mariage apporte plus de joies que de larmes.
(Euripide, dans Stobée)
4/s OMNIVM QVÆ SVB SOLE SVNT FORTVNA ET LEX PAR EST. ECCL.9. ⬇
Tout sous le soleil a même lot, même loi.
Ecclésiaste, 9.

5 ΟΥ ΜΑΛΛΟΝ ΟΥΤΩΣ ΕΧΕΙ Η ΕΚΕΙΝΩΣ Η ΟΥΔΕΤΕΡΩΣ ⬇
Pas plus d’une façon que de l’autre ou sans l’une et l’autre.
(Aulu-Gelle, sans doute via Henri Estienne annotant sur Sextus Empiricus)

6/i DVRVM SED LEVIVS FIT PATIENTIA QVIDQVID CORRIGERE EST NEFAS ⬇
Rude, le fardeau imposé par la divinité, mais plus léger pour qui l’accepte.
(Horace)
6/s NVLLIVS VEL MAGNÆ VEL PARVÆ EARVM RERVM ⬇
QVAS DEVS TAM MVLTAS FECIT NOTITIA IN NOBIS EST. ECCL.3.
D’aucune, grande ou petite, des innombrables créatures de Dieu, la notion n’est en nous.
Ecclésiaste, 3.

7/i ΟΡΩ ΓΑΡ ΗΜΑΣ ΟΥΔΕΝ ΟΝΤΑΣ ΑΛΛΟ ΠΛΗΝ ΕΙΔΩΛ ΌΣΟΙΠΕΡ ΖΩΜΕΝ Η ΚΟΥΦΗΝ
ΣΚΙΑΝ ⬇
Nous tous, les vivants : rien que fantômes, ombre(s) sans poids.
(Sophocle, dans Stobée)
7/s Texte latin non identifié.

8 O MISERAS HOMINVM MENTES O PECTORA CÆCA QUALIBVS IN TENEBRIS VITÆ
QVANTISQ. PERICLIS DEGITVR HOC ÆVI QVODCVNQ. EST
Pauvres esprits humains, cœurs aveugles, quelles ténèbres,
que de dangers en cette vie, quelle qu’en soit la durée !
(Lucrèce)

9/i ΕΝ ΤΩ ΦΡΟΝΕΙΝ ΓΑΡ ΜΗΔΕΝ ΗΔΙΣΤΟΣ ΒΙΟΣ
ΤΟ ΜΗ ΦΡΟΝΕΙΝ ΓΑΡ ΚΑΡΤ´ΑΝΩΔΥΝΟΝ ΚΑΚΟΝ ⬇
Ne penser à rien : là est la vie la plus douce,
car ne pas penser est un mal vraiment indolore.
(Sophocle, dans Erasme)
9/s ΚΡΙΝΕΙ ΤΙΣ ΑΥΤΟΝ ΠΩΠΟΤ’ ΑΝΘΡΩΠΟΝ ΜΕΓΑΝ
ΟΝ ΕΞΑΛΕΙΦΕΙ ΠΡΟΦΑΣΙΣ Η ΤΥΧΟΥΣΌΛΟΝ ⬇
Peut-on se prendre pour un homme supérieur,
quand le premier accident venu vous efface tout entier ?
(Euripide, dans Stobée)

10 OMNIA CVM CÆLO TERRAQVE MARIQVE SVNT NIHIL AD SVMMAM SVMMAI TOTIVS
Ciel, terre, mer et toutes choses : un néant face au tout du tout de l’univers.
(Lucrèce)

11 VIDISTI HOMINEM SAPIENTEM SIBI VIDERI MAGIS ILLO SPEM HABEBIT INSIPIENS. PROV.26. ⬇
As-tu vu un homme qui se prend pour un sage ? Il y aura plus à attendre d’un fou.
Proverbes, 26.

12/i NEC NOVA VIVENDO PROCVDITVR VLLA VOLVPTAS ⬇
On a beau vivre, aucun plaisir ne naît qu’on ne connaisse déjà.
(Lucrèce)
12/s SICVT IGNORAS QVOMODO ANIMA CONIVNGATVR CORPORI SIC NESCIS OPERA DEI. ECCL.11. ⬇
Toi qui ignores comment l’âme épouse le corps, tu ne sais rien des ouvrages de Dieu.
Ecclésiaste, 11.

13 ΕΝΔΕΧΕΤΑΙ ΚΑΙ ΟΥΚ ΕΝΔΕΧΕΤΑΙ ⬇
C’est possible et ce n’est pas possible.
(Sextus Empiricus)

14 ΑΓΑΘΟΝ ΑΓΑΣΤΟΝ ⬇
Le bon attire.
(Platon, sans doute via Sextus Empiricus)

15 ΚΕΡΑΜΟΣ ΑΝΘΡΩΠΟΣ ⬇
L’homme est d’argile.
(Saint Paul, sans doute par Erasme)


DEUXIEME TRAVEE

16/i Η ΔΕΙΣΙΔΑΙΜΟΝΙΑ ΚΑΘΑΠΕΡ ΠΑΤΡΙ ΤΩ ΤΥΦΩ ΠΕΙΘΕΤΑΙ ⬆
La fausse dévotion suit le fumant orgueil comme son père.
(Socrate, dans Stobée)
16/s NOLITE ESSE PRVDENTES APVD VOSMETIPSOS. AD ROM.12. ⬆
Ne vous prenez pas vous-mêmes pour des sages !
Epître de Paul aux Romains, 12.

17/i SVMMVM NEC METVAM DIEM NEC OPTEM ⬇
Ni craindre ni souhaiter mon dernier jour.
(adapté de Martial)
17/s ΟΥ ΓΑΡ ΕΑ ΦΡΟΝΕΙΝ Ο ΘΕΟΣ ΜΕΓΑ ΑΛΛΟΝ Η ΕΩΥΤΟΝ ⬇
La haute estime de soi, Dieu se la réserve jalousement.
(Hérodote, dans Stobée)

18/i QVO ME CVNQVE RAPIT TEMPESTAS DEFEROR HOSPES ⬇
Partout où m’emporte le vent, je me pose un moment.
(Horace)
18/s NESCIS HOMO HOC AN ILLVD MAGIS EXPEDIAT AN ÆQVE VTRVMQVE. ECCL.11. ⬇
Tu ignores, homme, si ton intérêt est plus ici que là ou si les deux partis se valent.
Ecclésiaste, 11.

19 HOMO SVM HVMANI A ME NIHIL ALIENVM PVTO ⬇
Homme je suis : rien d’humain ne m’est étranger.
(Térence)

20 NE PLVS SAPIAS QVAM NECESSE EST NE OBSTVPESCAS. ECCL.7. ⬇
Ne sois pas trop sage, tu deviendrais stupide. Ecclésiaste, 7.

21 SI QVIS EXISTIMAT SE ALIQVID SCIRE NONDVM COGNOVIT
QVOMODO OPORTEAT ILLVD SCIRE. I.COR.8. ⬇
Si quelqu’un estime savoir quelque chose, il ne sait pas encore
quel est le sens du mot « savoir ».
Première épître de Paul aux Corinthiens, 8.

22 SI QVIS EXISTIMAT SE ALIQVID ESSE CVM NIHIL SIT IPSE SE SEDVCIT. AD GAL.6. ⬇
Si quelqu’un pense être quelque chose alors qu’il n’est rien, il se leurre lui-même.
Epître de Paul aux Galates, 6.

23/i Texte latin non identifié. ⬇

23/s NE PLVS SAPITE QVAM OPORTET SED SAPITE AD SOBRIETATEM. AD ROM.12. ⬇
Ne soyez pas plus sages qu’il ne faut, ne vous enivrez pas de sagesse ! Epître de Paul aux Romains, 12.

24 ΚΑΙ ΤΟ ΜΕΝ ΟΥΝ ΣΑΦΕΣ ΟΥΤΙΣ ΑΝΗΡ ΙΔΕΝ ΟΥΔΕΤΙΣ ΕΣΤΑΙ ΕΙΔΩΣ ⬇
Non, la claire vérité, aucun homme ne l’a sue, et jamais homme ne la saura.
(Xénophane, dans Diogène Laërce)

25 ΤΙΣ Δ’ΟΙΔΕΝ ΕΙ ΖΗΝ ΤΟΥΘ’Ο ΚΕΚΛΗΤΑΙ ΘΑΝΕΙΝ ΤΟ ΖΗΝ ΔΕ ΘΝΗΣΚΕΙΝ ΕΣΤΙ ⬇
Qui sait si ce qu’on appelle mort n’est pas vie, si vivre n’est pas mourir ?
(Euripide, dans Stobée)

26/i ΚΑΛΛΙΣΤΟΝ ΤΟ ΔΙΚΑΙΟΤΑΤΟΝ ΡΑΣΤΟΝ Δ’ΥΓΙΑΙΝΕΙΝ ⬇
Rien de plus beau que la droiture, mais rien de plus agréable que la santé.
(Théognis, dans Stobée)
26/s RES OMNES SVNT DIFFICILIORES QVAM VT EAS POSSIT HOMO CONSEQVI.
ECCL.1. ⬇
Toujours le réel par sa complexité dépasse les mots de l’homme.
Ecclésiaste, 1.

27 ΕΠΕΩΝ ΔΕ ΠΟΛΥΣ ΝΟΜΟΣ ΕΝΘΑ ΚΑΙ ΕΝΘΑ ⬇
De part et d’autre, vaste champ de paroles.
(Homère, dans Diogène Laërce)

28 HVMANVM GENVS EST AVIDVM NIMIS AVRICVLARVM ⬇
Le genre humain a les oreilles qui lui démangent.
(Lucrèce)

29 QVANTVM EST IN REBVS INANE ⬇
Que de vide dans le monde !
(Perse)

30 PER OMNIA VANITAS. ECCL.1. ⬇
Partout vanité.
Ecclésiaste, 1.


TROISIEME TRAVEE

31/i Texte latin non identifié, sur très courte solive ⬆
31/s SERVARE MODVM FINEMQVE TENERE
Garder mesure et observer limite

32 QVID SVPERBIS TERRA ET CINIS. ECCL.10. ⬆
De quoi es-tu fière, terre et cendre ?
Ecclésiastique, 10.

33 VAE QVI SAPIENTES ESTIS IN OCVLIS VESTRIS. ESA.5. ⬆
Malheur à vous qui êtes sages à vos yeux !
Isaïe, 5.

34/i MORES CVIQVE SVI FINGVNT FORTVNAM ⬆
A chacun la destinée que son caractère lui façonne.
(Cornelius Nepos, dans Erasme)
34/s FRVERE IVCVNDE PRÆSENTIBVS CÆTERA EXTRA TE. ECCL.3. ⬆
Jouis du présent, le reste est hors de toi. Ecclésiaste, 3.

35 ΠΑΝΤΙ ΛΟΓΩ ΛΟΓΟΣ ΙΣΟΣ ΑΝΤΙΚΕΙΤΑΙ ⬆
Contre chaque argument un argument égal.
(Sextus Empiricus)

36 NOSTRA VAGATVR IN TENEBRIS NEC CÆCA POTEST MENS CERNERE VERVM ⬆
Notre esprit erre dans les ténèbres, aveugle il ne peut voir le vrai.
(Michel de l’’Hospital)

37/i Texte non identifié
37/s FECIT DEVS HOMINEM SIMILEM VMBRÆ ⬆
DE QVA POST SOLIS OCCASVM QVIS IVDICABIT. ECCL.7.
Dieu a fait l’homme comme l’ombre : soleil couché, qui en jugera ? Ecclésiaste, 7.

38 SOLVM CERTVM NIHIL ESSE CERTI ET HOMINE NIHIL MISERIVS AVT SVPERBIVS ⬆
Seule certitude : rien n’est certain, et rien n’est plus pitoyable ou prétentieux que l’homme.
(Pline)

39/i Texte grec non identifié
39/s EX TOT DEI OPERIBVS NIHILO MAGIS QVIDQVAM HOMINI COGNITVM
QVAM VENTI VESTIGIVM. ECCL.11. ⬆
De tant d’ouvrages créés par Dieu, l’homme ne sait rien de plus que de l’empreinte du vent.
Ecclésiaste, 11.

40 ΑΛΛΟΙΣΙΝ ΑΛΛΟΣ ΘΕΩΝ ΤΕ Κ’ΑΝΘΡΩΠΩΝ ΜΕΛΕΙ ⬆
Parmi les dieux comme parmi les hommes, diversité des goûts.
(Euripide, dans Erasme)

41/i Texte non identifié
41/s ΕΦ’Ω ΦΡΟΝΕΙΣ ΜΕΓΙΣΤΟΝ ΑΠΟΛΕΙ ΤΟΥΤΟ ΣΕ ΤΟ ΔΟΚΕΙΝ ΤΙΝ’ΕΙΝΑΙ ⬆
Ce dont tu es le plus fier, la belle image que tu as de toi, voilà ce qui te perdra.
(Ménandre, dans Stobée)

42 TΑΡΑΣΣΕΙ ΤΟΥΣ ΑΝΘΡΩΠΟΥΣ ΟΥ ΤΑ ΠΡΑΓΜΑΤΑ-
ΑΛΛΑ ΤΑ ΠΕΡΙ ΤΩΝ ΠΡΑΓΜΑΤΩΝ ΔΟΓΜΑΤΑ ⬆
Causes du tourment humain : non les choses, mais les idées sur les choses.
(Epictète, dans Stobée)

43/i Texte non identifié
43/s ΚΑΛΟΝ ΦΡΟΝΕΙΝ ΤΟΝ ΘΝΗΤΟΝ ΑΝΘΡΩΠΟΙΣ ΙΣΑ ⬆
Il est beau pour le mortel de penser à hauteur d’homme.
(Sophocle, dans Stobée)

44/i Texte grec non identifié
44/s QVID ÆTERNIS MINOREM CONSILIIS ANIMVM FATIGAS ⬆
Quelle fatigue pour ton esprit à toujours penser au-dessus de soi !
(Horace)

45/i Texte latin non identifié
45/s IVDICIA DOMINI ABYSSVS MVLTA. PS.35. ⬆
Jugements du Seigneur ? Profond abîme !
Psaumes, 35.

46 ΟΥΔΕΝ ΟΡΙΖΩ ⬇
Je n’arrête rien.
(Sextus Empiricus)

N.B. Ce florilège de sentences latines et grecques ne constitue pas la pensée de Montaigne, pensée en mouvement et sur tous sujets que seule la lecture des Essais peut permettre, sinon d’appréhender, du moins de côtoyer, à condition toutefois de ne pas la réduire à des sentences françaises de même type.

— 

Alain LEGROS (textes, traductions et plan)
auteur de Essais sur poutres. Peintures et inscriptions chez Montaigne,
Paris, Klincksieck, 2000, rééd. 2003.